Commentaires récents

Partagez



Si vous aimez

Minori

Minori

Minori

Minori est un charmant village côtier à moins de six kilomètres d’Amalfi. Son nom dérive de son ancienne appellation latine Rheginna Minor, issue du fleuve Rheginna, qui court toujours au fond de la vallée du pays.

Comme pour les autres villages de la côte, Minori émergea en tant que site résidentielle de notables romains, qui choisirent la Côte Amalfitaine pour sa beauté et pour la douceur de son climat.

Les premières activités commerciales furent la production artisanale de papier et les pâtes, puis des liqueurs dont la spécialité est le limoncello, au citron, production typique de la région.

icon-car.pngKML-LogoFullscreen-LogoQR-code-logoGeoJSON-LogoGeoRSS-LogoWikitude-Logo
Minori

chargement de la carte - veuillez patienter...

Minori 40.649371, 14.627188 Minori

À visiter à Minori, mais “c’est pas non plus obligé” : la villa romaine d’époque pompéienne et la Basilique de Saint-Trofimène, les églises de Santa Lucia, San Gennaro et San Michele.

Le village donne sur une petite plage délimitée par un beau jardin public orné d’une fontaine avec des lions de la moitié du XIe siècle.

 

D’une tour du moyen-âge, dite “Tour du Paradis”, les murs extérieurs sont tous ce qui soit encore d’époque.

Le Duomo (cathédrale), dédié à Sainte Trofimena, fut complètement refait au XIXe siècle. La basilique intérieure, restaurée, présente sur l’autel une urne d’albâtre sculptée en 1722 par Gennaro Ragozzino. Elle contient les restes de Sainte Trofimena.

Le long du torrent canalisé, proche de la mer, se trouve une villa romaine, construite au temps d’Auguste sur environ 2500 mètres carrés.

L’église de San Giovanni Battista de Piezulo, appelée San Giovanni Piccolo, fut édifiée en 1420 par la famille Brancia d’Amalfi. Aujourd’hui elle est incorporée dans un complexe d’habitations, et n’est visible de l’extérieur que par une simple porte avec une petite fenêtre ovoïdale grillagée.

L’église de Santa Lucia fut construite au Xe siècle et fut transformée en couvent bénédictin. Déjà vers la fin du XIXe elle était partagée en deux, sans plus aucune trace du monastère.

L’église de San Gennaro possède un intérieur baroque probablement du milieu du XVIIIe, lorsque le curé Filippo Carola la fit restaurer.

Communiquant avec l’église de San Gennaro, celle de Santa Maria du Rosaire a une décoration baroque plus riche.

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>